L'OSTÉOPATHIE
Libérer le mouvement
pour un mieux-être au quotidien



«L'ostéopathie consiste, dans une compréhension globale du patient, à prévenir, diagnostiquer et traiter manuellement les dysfonctions de la mobilité des tissus du corps humain susceptibles d'en altérer l'état de santé.»

- 25 janv. 2014, Définition de l’OMS


DEFINITION DE L’OSTEOPATHIE

La formation des ostéopathes est actuellement, en France, dispensée en six années d’études après le baccalauréat. L’enseignement est délivré au sein d’établissements reconnus et agrées par le ministère de la santé. L’exercice même de la profession, est soumis à la délivrance d’une autorisation définitive par la DRASS.

L’objectif consiste à retrouver l’origine du symptôme présenté.

Si ce symptôme est lié à un traumatisme direct, alors l’origine sera locale.

Mais sans traumatisme, l’origine devra être recherchée à distance de la zone douloureuse.

L’ostéopathie a donc deux buts, à la fois diagnostic et thérapeutique.

Diagnostic : en testant la mobilité des différentes parties du corps : articulations ou tissus (en respectant les différents degrés de liberté imposés par les axes biomécaniques des articulations). Ce test va permettre de déterminer les restrictions de mobilité qui vont conduire à une modification de posture de l’individu (la posture est la projection inconsciente du corps dans l’espace, influencée par nos différents traumatismes et adaptations).

Thérapeutique : en restaurant les déficits de mobilité, avant que ceux-ci n’altèrent trop la posture de l’individu en se surajoutant, par des manipulations adaptées en fonction de l’âge et des antécédents du patient.


COMMENT SE DEROULE UNE SEANCE

La consultation dure entre 45 minutes et 1 heure et se déroule sur 4 temps :

L'interrogatoire

A l'aide de questions précises permettant de connaître le motif de votre visite nous retracerons ensemble vos antécédents médicaux, chirurgicaux et traumatiques.


Les tests

Pendant cette phase je vous examinerai des pieds à la tête debout, assis, allongé. Puis j’analyserai par des gestes précis et doux les mouvements de vos articulations. Par des points de pression je rechercherai des tensions, des asymétries et des pertes de mobilités.


Le traitement

Une fois le diagnostic palpatoire établi et l’origine de la douleur localisée, le traitement sera adapté à votre douleur et à vos besoins. Il n’est pas rare, aussi surprenant que cela puisse vous paraître d’avoir mal à un endroit et que l’on soit amené à corriger une limitation d’amplitude à l’opposé de cet endroit. L’origine de la douleur peut se trouver à distance de celle-ci.


Les conseils

Cette étape est importante et permet de potentialiser le traitement. Des petits exercices à faire à la maison ou au travail, notamment des étirements ou des modifications et des recommandations sur votre posture prolongeront les effets de la séance. En fin de séance un nouveau rendez-vous pourra être fixé en fonction du délai depuis lequel vous présentez votre motif de consultation et des dysfonctions qui auront été retrouvées lors de la première séance.


Pour la consultation

Il est important d'apporter tous vos examens complémentaires (radiographies, IRM, scanner, échographie, bilans sanguins...) Vous pouvez amener tout document concernant votre santé.


Si la consultation concerne un bébé ou un jeune enfant

Penser à prévoir un biberon si vous ne l'allaitez pas, son doudou ou tétine et veuillez également apporter de son carnet de santé.

Après une séance d’ostéopathie, il est fréquent que vous soyez fatigué. C’est normal, le corps entreprend son autorégulation. Ainsi, ne prévoyez pas d’efforts intenses dans les 48h suivant la séance, cependant vous pourrez continuer normalement vos activités quotidiennes.


QUAND CONSULTER

Les motifs de consultations sont très divers, allant des douleurs rachidiennes dans leur ensemble, aux migraines, douleurs musculaires, articulaires, sciatiques, cruralgies ou autres névralgies… troubles digestifs d’ordres fonctionnels (sans atteinte organique), ceci à tous âges de la vie.

Chez le bébé, les reflux sont un motif de consultation fréquent, de même que les asymétries de rotation cervicales (bébé tourne toujours la tête du même côté) auxquelles s’ajoutent des déformations du crâne, de la base et/ou de la face (plagiocéphalies), un pied qui tourne vers l’intérieur au début de la marche…

De même, chez l’enfant il est important de ne pas laisser des déséquilibres mécaniques altérer sa croissance, ceux-ci pouvant être dus aux traumatismes classiques d’un enfant qui coure et joue mais qui peuvent induire des répercussions non négligeables sur l’évolution corporelle.

En général une ou deux consultations par an sont préconisées, afin de détecter plus rapidement les déficits de mobilité qui pourraient à terme modifier l’état de santé du patient.

Le nombre de séances peut varier en fonction de vos antécédents traumatiques, émotionnels, en fonction des sollicitations physiques dues à votre profession, à vos activités sportives ainsi qu’à vos gestes quotidiens.


LEGISLATION

Depuis le 4 mars 2002, l'article 75 de loi n°2002-303 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé reconnait l'usage du titre d'Ostéopathe en France.

Les décrets d'application qui encadrent cette nouvelle profession sont parus le 25 Mars 2007.

Ils définissent les actes ostéopathiques autorisés ainsi que la formation pédagogique minimum nécessaire à l'obtention du Diplôme en Ostéopathie (D.O.).

De nouveaux décrets concernant la formation en ostéopathie sont apparus en 2012, puis dernièrement en 2014.

Décret n° 2014-1043 du 12 septembre 2014 relatif à l'agrément des établissements de formation en ostéopathie.

Décret n° 2012-1052 du 14 septembre 2012 relatif aux agréments des établissements de formation en ostéopathie.


Décret n° 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d'exercice de l'ostéopathie.

Décret n° 2007-437 du 25 mars 2007 relatif à la formation des ostéopathes.

Arrêté du 9 août 2007 listant les établissements agréés dispensant une formation en ostéopathie.

Loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé.